Ep10 – Connu comme le Loup Blanc

A ce stade de l’aventure qui nous lie, j’ai pensé qu’il serait chouette de savoir un peu mieux à qui nous avons à faire. C’est vrai quoi… De près ou de loin, à travers les réseaux sociaux, le crowdfunding ou toute autre forme de participation, nous nous sommes tous lancés à la poursuite d’une même destination. Mais qui tient la pancarte pour nous indiquer le chemin ? Qui est vraiment l’initiateur du rêve ?

Eh bien en exclusivité, pour vous ce soir (ou ce matin, après tout… mais ça sonne quand même moins bien) et pour fêter le dixième épisode, je vous propose un portrait d’Alex Guéry, réalisateur de « Près de moi » ; premier long-métrage des Films du Loup Blanc.

Commençons par le commencement. Alex a 26 ans et il est passionné de cinéma depuis… presque autant d’années ! Son film préféré (oui, j’ai osé poser cette question), c’est Jurassic Park. C’est en tout cas ce film qui lui a donné envie de faire du cinéma. Mais s’il devait en choisir un autre, ce serait Citizen Kane, et notamment pour l’histoire qu’il cache. En effet, Orson Welles l’a réalisé entre ses 24 et 26 ans… Comme de par hasard ! Et si Alex Guéry ne faisait pas de cinéma… ? Eh bien il serait architecte. Je pensais tenir une super question piège, et puis paf, pas du tout. Il semblerait qu’Alex Guéry sait toujours où il va et ce qu’il veut. Dans le métier d’architecte, il y a l’idée de construire quelque chose soi-même, d’être libre pour créer ce que personne n’a jamais fait avant. Aujourd’hui, c’est de cette façon qu’il conçoit sa vie et construit son parcours.

Et si Alex Guéry était un film, il serait… Les Goonies ! Il m’explique que le cinéma, c’est comme Les Goonies. C’est une chasse au trésor, une aventure magique et pleine de rebondissements que l’on vit avec des camarades. Et s’il était un acteur ? Je reprends ses mots en disant que, sans prétention aucune, il serait James Franco. Il est fascinant car il possède un peu ce côté monsieur tout le monde, l’image d’un artiste qui s’investie dans sa passion et la défend jusqu’au bout du blockbuster au film indépendant. Mais d’ailleurs, pourquoi Alex Guéry ne serait-il pas acteur ? Quand il a commencé dans le cinéma, il s’est essayé à une multitude de métiers pour bien en comprendre tous les mécanismes. Malheureusement ou heureusement recalé au Concours du Conservatoire (faute d’une fable non apprise) ; il n’a pas pu essayer celui d’acteur. Mais la réalisation lui sied si bien…

Et quel grand réalisateur serait-il ? Un Steven Spielberg pour la narration et un David Fincher pour son aspiration au défi technique. Le dernier film vu au cinéma ? Jurassic World bien sûr ! Alors oui, il est très critiquable mais il permet à Alex Guéry de se placer dans le temps, de suivre sa propre évolution avec celle de son film fétiche. Et dans 10 ans, comment Alex Guéry s’imagine-t-il ? Eh bien il se voit vivre entre Tours, San Francisco et New York. Il imagine un milliard de projets avec les Loups Blancs et pourquoi pas un sixième long métrage en route ! Ce qu’il souhaite aussi très fort, c’est mettre en place des choses à Tours, pour faciliter la vie des prochains jeunes réalisateurs…

Bref, tout ça pour dire que ce qui importe vraiment, ce n’est pas l’objectif à atteindre. Ce qui compte, c’est le chemin que nous avons à parcourir ensemble, jusqu’à cette destination commune. Dans les histoires que nous lisons depuis petits, nous avons appris que l’intérêt d’une chasse au trésor n’est pas le trésor. La véritable richesse, c’est le voyage en lui-même ; les rencontres qu’il nous apporte, les découvertes et les façons de penser. L’aventure long-métrage des Loups Blancs, c’est pareil ; c’est une belle histoire que nous sommes tous en train d’écrire.

Le journal d’Anaïs Andos

à vendredi prochain

Découvrez l’univers d’Anaïs : lemondedemesmots / La suivre sur Facebook.

alexguc3a9ry

Aucun Commentaire

Laisser un Commentaire