Ep12 – Yvon Carpier devient Max Blanchard.

Aujourd’hui est un jour particulier, parce que nous sommes le 24 juillet et parce que je ne vais (presque pas) vous parler des Loups Blancs. (Quoi ?! Mais c’est un scandale, c’est inadmissible…) Non non non, calmez-vous, c’est pour la bonne cause. En fait l’autre jour, j’ai eu une épiphanie. Comme Monsieur Mouche, un éclair m’a traversé la tête !* C’est rare, mais ça arrive.

A environ une semaine du début du tournage, je suis allée à la rencontre des pensées d’un homme qui va jouer dans le long-métrage des Loups Blancs et qui s’appelle Yvon Carpier. Bah oui, maintenant que j’ai bien cerné l’état d’esprit de l’équipe de tournage, j’étais intriguée de connaître celui des comédiens. Comment ceux qui seront bientôt de l’autre côté de la caméra, ceux vers qui toute l’attention sera tournée, vivent-ils les jours précédant une telle aventure ? J’imagine que les émotions sont très différentes d’une personne à l’autre… En tout cas, aujourd’hui, c’est les impressions d’Yvon Carpier que j’ai attrapé au vol grâce à mes fidèles crayon et carnet de notes.

Yvon a rencontré les Loups Blancs à la fin du mois de mai dernier, lors du casting qu’il passait pour interpréter le rôle de Maximilien Blanchard dans « Près de moi ». Le 20 juin, soit environ un mois plus tard, une heureuse nouvelle apparaissait dans sa boîte mail. Douze secondes après, Yvon faisait la danse de la joie dans son salon. Ça faisait du bien et il en avait besoin pour extérioriser toute cette adrénaline accumulée… Un mois c’est une éternité quand on attend une réponse avec un enjeu comme celui-là (c’est la première fois qu’il va avoir un rôle aussi important dans un long-métrage) ! Alors ça laisse le temps de cogiter et de passer par tout un tas de phases. Se remémorant le casting sans arrêt, il a eu des moments de confiance « J’étais bien quand même… » et des moments de doute « Ouais mais peut-être que… ». Bref, le 20 juin, les Loups Blancs lui ont envoyé le scénario complet en lui annonçant qu’il était retenu parce qu’ils avaient beaucoup aimé sa prestation (eh bah voilà, il y avait pas de quoi s’inquiéter!) et qu’ils attendaient sa réponse. Aussitôt reçu aussitôt lu et…aussitôt accepté !

Yvon me reparle du casting… C’est la première fois qu’il en passait un aussi convivial. Dans la pièce, l’atmosphère était très bonne, simple et le réalisateur (épisode 10) répétait à Yvon que c’était top, avec ce fameux sourire qu’on commence à bien connaître. Pour un comédien qui a l’habitude des castings à la chaîne, celui-ci s’apparentait plutôt à un moment suspendu dans le temps ; un instant précieux n’inaugurant que de belles choses.

Et aujourd’hui, comment se sent Yvon ? Dans « Près de moi », il va incarner Max Blanchard. Max Blanchard est psychiatre. Les psychiatres sont des personnes calmes. Conclusion : Yvon est calme. Ce n’est pas plus compliqué que ça. Bien sûr, c’est un projet enivrant qui fait parfois ressortir son côté d’enfant et qui lui donne envie de sauter partout… Malgré tout, il reste détendu et essaye de garder ses pieds sur la planète Terre. Très sérieux dans sa préparation, il a relu le scénario trois ou quatre fois, s’est documenté et a rencontré plusieurs psychiatres. C’est peut-être pour cette raison qu’il parvient à rester aussi zen : il m’explique qu’il a noté des similitudes entre tous les psychiatres et qu’il essaye déjà, grâce à une observation minutieuse, de se visualiser comme l’un d’eux. Par exemple, ils ont des attitudes paisibles, ils n’ont pas d’écart de voix et marquent souvent des pauses.

Voilà, c’est malin ! Moi aussi j’ai hâte maintenant. J’ai soudainement très envie d’aller me glisser sur le lieu du tournage. J’ai hâte d’avoir cette place de chanceuse qui m’attend et qui me permettra de voir des deux côtés de la caméra à la fois. Promis, je vous raconterai.

 

Le journal d’Anaïs Andos

à vendredi prochain

Découvrez l’univers d’Anaïs : lemondedemesmots / La suivre sur Facebook.

*Hook, 1991.

11758912_10206425660334052_1021076527_n

 

Aucun Commentaire

Laisser un Commentaire