Ep 15 – Des émotions dans tous les sens

clap

Et voilà, une deuxième semaine de tournage est sur le point de s’achever. Pour certains, cette phrase d’introduction fera simplement office de repère temporel bien pratique. « Ah tiens, déjà deux semaines. Le temps passe vite ! » Pour les Loups Blancs, elle résonnera comme une petite clochette annonçant, non pas la fin, mais la poursuite de l’effort. Car je peux vous dire que c’est bien d’un effort quotidien dont il s’agit.

Une image me vient… J’imagine les Loups Blancs dans une petite tenue de sport flashy, adaptée bien sûr, à la morphologie de l’animal. Le tintement que l’on vient d’entendre, c’est celui qui annonce la fin du deuxième tour de piste. L’effort est déjà intense mais il reste encore quatre tours devant nous. Parfois, d’où je suis, j’ai l’impression de distinguer les premiers traits de fatigue… Malgré tout, l’objectif est tellement fort et présent dans tous les esprits que les Loups restent plus que jamais groupés et motivés. Ils courent vers leur rêve : l’objectif est de l’atteindre bien sûr, mais aussi et surtout d’y parvenir ensemble, de franchir la ligne d’arrivée plus soudés que jamais. Bon, j’arrête là ma carrière de commentateur sportif. Je sens que ce métier ne me veut pas… promis, c’était la dernière fois.

Cette semaine, le tournage se déroule encore principalement au château de Jallanges, mais mercredi nous étions au Plessis-Théâtre à La Riche. Dans les vieilles pierres du château, les Loups Blancs ont filmé des séquences dont on ne doit surtout pas prononcer le nom (un peu comme Voldemort… Oh, oups.). Mais pour tout vous dire, ça va m’aider à faire un premier tri sur ce que je vais vous raconter. Puisque de ces scènes inquiétantes, je ne peux évidemment pas vous toucher un seul petit mot. Enfin si, je peux vous dire qu’elles sont inquiétantes, puisque je l’ai déjà dit. Mais j’arrête là. Alex tient très fort à son film et moi à ma vie, je ne dirais donc pas un mot de plus.

Il fait bon aujourd’hui. Pourtant, le souvenir de la journée de mercredi est encore intact dans ma mémoire. Dans une très grande pièce aux murs de briques régnait une atmosphère sombre ; du tissu noir opaque barrait la route au soleil. Aucune lumière ne devait pénétrer sur les lieux, seuls quelques projecteurs avaient obtenu leur pass vip. A l’intérieur, nous étions une dizaine et il faisait une chaleur digne d’un reportage sur un volcan en éruption. Cette situation climatique n’arrangeait d’ailleurs pas Nicolas, puisque les micros qu’il avait placé sur les acteurs avaient tendance à se décoller avec la sueur. (L’aparté « transpiration » est fini, c’était juste comme ça, pour démystifier un peu l’univers.)

Bref, j’ai vécu des moments vraiment étonnants et intenses ces derniers jours. J’ai aperçu les pleurs d’Alise Brooks, jouée par Ilona Bachelier. Je l’ai vu entrer puis sortir de son personnage, d’une manière aussi douce que brutale. Je sais que ces deux mots ne vont pas ensemble mais c’est la sensation que j’ai eue. Toujours munie de ses deux yeux rieurs, j’étais vraiment étourdie de voir à quel point elle pouvait les perdre, le temps d’une matinée, pour entrer dans son rôle. J’ai aussi distingué les yeux rougis de Viviana Mattei lorsqu’elle me parlait du personnage d’Anna Brooks. Je l’écoutais me raconter en détail la vie de ce personnage, qui, au fur et à mesure de notre discussion, me paraissait de plus en plus réel. Mais je vous rassure, le tournage se passe bien et tout le monde se porte à merveille. C’est juste que… je crois que plus l’art et la vie se croisent, plus les émotions sont fortes.

Ah oui, j’ai fait mon premier clap aussi cette semaine ! Et en fait, je l’ai raté… Oui mais c’est pas tellement ma faute, c’est juste que j’ai pas changé le numéro de la prise avant de l’annoncer à haute voix. Mais hé ho, j’ai pas fait option clap au lycée moi hein. Puisque c’est comme ça, je vous note la procédure que l’on suit avant de faire le clap et je retourne manger des bonbons.

Geoffroy (le clap à la main, devant la caméra) : -Les moteurs sont demandés !

Nicolas (au son) : Ça tourne.

Coco (au son aussi) : Ça tourne.

Alex : Annonce.

Geoffroy : R25 sur 2, 4ème ! « Clap »

Après le clap, Geoffroy sort rapidement du champ et nous rejoint derrière la caméra. Le silence s’installe et le moment que tout le monde attend arrive lorsque Alex souffle enfin… : Action !

Le journal d’Anaïs Andos

à vendredi prochain

Découvrez l’univers d’Anaïs : lemondedemesmots / La suivre sur Facebook.

 

Aucun Commentaire

Laisser un Commentaire