Episode 18 – Le secret des figurants.

jallanges

Il faisait encore chaud, lundi après-midi, lorsque je suis repartie du château de Jallanges au volant de ma petite voiture. Sur les étroites routes serpentines qui courent le long des champs, j’ai ouvert en grand la fenêtre et laissé l’air de What it is rythmer les battements de mon cœur. Un air chaud et rassurant s’engouffrait rapidement et venait mélanger mes cheveux.

J’aime cette sensation de bien être, cet effet papillon du bonheur. Il signifie que les bons moments que l’on vit entraînent les suivants, et que les suivants sont plus beaux grâce au précédents. Par exemple, cette route de campagne goudronnée entre Vouvray et Vernou, elle est agréable avec une jolie musique et un beau soleil. Mais il émane d’elle quelque chose d’encore plus fort lorsque l’on vient de passer une journée de tournage avec les Loups Blancs. Tout prend sens : je me sens vivre, je sais pourquoi je suis là. Je fermerais bien les yeux… mais je conduis, alors je vais éviter.

Ces derniers temps, nous étions beaucoup et bien entourés sur le tournage ! La petite équipe du début du mois d’août est toujours là bien sûr, plus fidèle, aimante et précieuse que jamais. Mais cette semaine, les Loups ont ouvert grand leurs bras à une poignée de nouvelles personnes : donateurs, amis, journalistes et figurants ! Dès mon arrivée lundi matin, j’ai senti le vent du changement. Il y avait tellement de monde qu’il a parfois fallu faire sortir quelques personnes pour Nicolas qui, dans ses micros très sensibles, entendait trop de respirations autour de lui.

Celui qui ne change pas, en toutes circonstances, c’est Alex. Avec sa bouille de gentil, il ne manque jamais d’un petit mot ou d’une attention. Des sourires qui font du bien, il en donne à tout le monde. A moi, par exemple, il me demande souvent avec des yeux espiègles : « Qu’est ce que ça dit ? », en essayant de voir par dessus mon carnet de notes. Lundi, j’étais confortablement installée (voire même complètement dissoute) dans un fauteuil conçu essentiellement, je crois, pour la sieste. Il est arrivé près de moi avec ses yeux curieux mais c’est à ce moment précis que j’ai refermé mon carnet. Eh oui, pas de fuite avant vendredi, même pour le réalisateur.

Bref, toute l’équipe a des sourires à revendre, à ceux qui sont là tous les jours ainsi qu’aux personnes de passage. Et mardi, c’était la journée des figurants, alors il y en a eu du passage ! La matinée s’est déroulée dans le merveilleux jardin de Jallanges, tandis que le tournage de l’après-midi avait lieu à l’intérieur, dans un couloir. J’aurais aimé vous montrer une photo de toutes les personnes venues s’amuser… Malheureusement, elles et moi, nous sommes tenus au plus grand secret. Mais pas d’inquiétude, vous saurez de quoi il s’agit très bientôt, lorsque vous viendrez voir « Près de moi » au cinéma.

A défaut de vous révéler les scènes jouées et les tenues des personnages, je vais vous raconter mon expérience de la figuration. Car oui, l’inattendu s’est produit. Grâce aux encouragements d’Adèle, j’ai enfilé un costume et suis passée de l’autre côté de la caméra. Pour la première fois de ma vie toute entière, j’étais concernée par le « Action ! ». Ça fait bizarre. C’était une émotion nouvelle mais très agréable et dépourvue de stress puisque j’avais un petit rôle minuscule. Assise sur un banc, vous me reconnaîtrez peut-être lors d’un plan large… Indice : j’aurai (encore) mon carnet de notes et mon crayon avec moi. En tout cas c’était vraiment chouette de s’imaginer, pendant un court instant, être quelqu’un d’autre. C’est toujours aussi impressionnant de voir, à chaque nouvelle prise, un grand groupe de personnes s’activer à l’écoute d’un seul mot. Avant le « Action ! », tout le monde est en place, en pause. Quand le mot est prononcé, tout recommence et on entre de plein fouet dans un moment de vie. C’est un peu bête ce que je dis puisque, depuis le début du tournage, je vois les comédiens faire ce va-et-vient entre la réalité et la fiction. Mais là c’est différent, c’est sûrement le grand nombre de personnes ainsi que ma participation « active » qui me procurent cette sensation étrange…

Bref, être figurante était une chouette expérience. Merci encore et toujours aux Loups Blancs de m’avoir adoptée et de me permettre de vivre chaque nouvelle semaine, des aventures plus passionnantes les unes que les autres.

Le journal d’Anaïs Andos

à vendredi prochain

Découvrez l’univers d’Anaïs : lemondedemesmots / La suivre sur Facebook

 

 

Aucun Commentaire

Laisser un Commentaire