Ep9 – Une faim de Loup.

De quoi faut-il parler dans un journal de bord ? Avant tout il faut noter le jour bien sûr. Nous sommes le vendredi 3 juillet 2015. Ça, c’est bon. Ensuite, parler du temps qu’il fait. Bon… il fait chaud. Et enfin, il faut raconter des choses. Et ça tombe bien parce que je suis là pour les écrire et vous pour les lire. Le monde (demesmots) est quand même sacrément bien fait !

Lorsque je me suis retrouvée devant les Loups Blancs pour la première fois, j’étais un peu impressionnée, je dois l’avouer. Pas par leurs carrures non, mais par tout ce qui émane d’eux. Nous nous étions retrouvés dans un bar tourangeau et j’avais payé ma limonade à un prix dérisoire parce qu’ils connaissaient bien le patron. C’était déjà formidable. Ensuite, je me rappelle avoir été marquée par leur gentillesse, un truc vrai et qu’on sent sincère, qui vous rassure et vous met à l’aise ; comme dans des chaussons moumoute.

Depuis que je côtoie cette bande de Loups, je n’ai plus quitté cet espace moltonel et ils m’impressionnent toujours autant. Pour être plus précise, c’est leur soif d’aventure et de projets, leur soif de vie qui me touche. C’est difficile aujourd’hui de se lancer à corps perdus dans l’odyssée de la vie et dans une aventure comme celle-ci. Il en faut du cran pour ne pas écouter tous les pessimistes qui nous entourent, pour ne pas croire aux barrières qu’ils créent devant nous. Les Loups Blancs, eux, n’ont jamais cessé d’y croire. Et voilà où ça les mène… : tout droit dans un rêve ! L’exploit qu’ils ont commencé à accomplir est animé par une passion inconditionnelle du cinéma. Et lorsqu’on ajoute un peu de confiance, de sincérité et de talent à la passion, on commence à sentir quelque chose autour de nous, comme une légère secousse… Ce sont les montagnes qui bougent. Et les premières pierres tomberont sur le nez de ceux qui n’y croyaient pas.

Aujourd’hui, sur Ulule, l’objectif est quasiment atteint. Après avoir douté il y a quelques temps, les Loups se réjouissent à chaque nouveau don qui les rapproche un peu plus du but. Dans la tanière, chaque nouveau contributeur au projet fait hurler les Loups de plaisir et les conforte dans leur idée que, quand on veut, quand on est passionnés et motivés, on peut. Pour trouver une comparaison à cette émotion, c’est un peu comme dans un Disney, quand le gentil gagne contre le méchant. C’est un peu la revanche du jedi sur le pessimiste. Lorsque la somme de cinq mille euros que s’était fixée les Loups Blancs sera atteinte (car on y croit dur comme fer), rien ne sera fini, bien au contraire. Ce sera le début de la suite ! Alex me confie : « C’est formidable si on atteint l’objectif, vraiment ! Mais il faut être réaliste, on ne fait pas un long-métrage avec cette somme… La réalisation du film va nous coûter cher. En tout cas, ce qui est certain, c’est que grâce à cette somme et à toutes ces personnes, l’aventure pourra exister dans de meilleures conditions. »

« Merci. »

Le journal d’Anaïs Andos

à vendredi prochain

Découvrez l’univers d’Anaïs : lemondedemesmots / La suivre sur Facebook.

loupsblancschaumontonzain

 

Aucun Commentaire

Laisser un Commentaire